AGIR






OUTILS LIBRES

browsers
Firefox
messengers
Jappix - Thunderbird
search
Duckduckgo - Quaero - Scroogle
servers
all2all - domaine public - Telekommunisten
networks
Appleseed - Crabgrass - Diaspora - elgg - OneSocialWeb - pip.io
microblog
identi.ca

RELATED SITES

Ada Lovelace Institute - AI Now - Algorithm Watch - Algorithmic Justice League - AlgoTransparency - Atlas of Surveillance - Big Brother Watch - Citizen Lab - Conspiracy Watch - Constantvzw - controle-tes-donnees.net - Data Detox Kit - Digital Freedom Fund - Domaine Public - Do Not Track Electronic Frontier Foundation - europe-v-facebook - Fight for the Future - Forbidden Stories - Gender Shades - Google Spleen - en.greatfire.org - hiljade.kamera.rs - Homo Digitalis - Human Rights Watch - Inside Google - Inside Airbnb - Liberties - LobbyPlag - Make Amazon Pay - Feminist Data Manifest-No- myshadow.org - Naked Citizens - Ni pigeons, ni espions - No-CCTV - Non à l’Etat fouineur - Nothing to Hide - noyb - NURPA - Online Nudity Survey - Open Rights Group - Ordinateurs de Vote - Pixel de tracking - Police spies out of lives - Prism Break - Privacy.net - Privacy International - Privacy Project - La Quadrature du Net - Radical AI Project - Reset the Net - Save the Internet - Souriez vous êtes filmés - Sous surveillance - Spyfiles - StateWatch - Stop Amazon - Stop Data Retention - Stop Killer Robots - Stop Spying - Stop The Cyborgs - Stop the Internet Blacklist ! - Stop the Spies - Stop Watching Us - Sur-ecoute.org - Technopolice - Tech Transparency Project - Transparency Toolkit - URME Surveillance - Watching Alibaba - Where are the Eyes ? - Who Targets Me ? - Wikifémia - Wikileaks

Web

WikiLeaks et des antivirus démasquent la CIA derrière un logiciel espion

analyse - 14 avril 2017

lire sur le site originel >>> (liberation.fr)

En 2014, un logiciel espion sophistiqué était découvert. Les documents publiés par l’organisation d’Assange ont, depuis, permis de le relier aux hackers de la CIA. Ce vendredi, elle lève un coin du voile sur les modes opératoires de l’agence américaine, dans des documents que « Libération » a consulté.
« Flash Gordon », « Barbe bleue », « Assaut de pizza », « Souffleuse à neige »"¦ Les noms de code utilisés par les mystérieux auteurs d’un logiciel espion découvert en 2014 par deux éditeurs d’antivirus, le russe (...)



Mots-clés de l'article

Israël - Royaume-Uni - USA - bug - CIA - GCHQ - hacking - Kaspersky - liberation.fr - NSA - spyware - Symantec -

VOIR TOUS LES MOTS-CLÉS